Les Ateliers

Les ateliers d’En-souveraineté que je propose en accompagnement et/ou en formation visent à apprendre à soigner nos souverainetés dans les lieux de vie sociale et/ou communautaire.

Arbre à palabre (Catherine Seznec)

Pourquoi beaucoup de lieux communautaires ne parviennent-ils pas à atteindre leur objectif de pouvoir bien vivre tous ensemble ?

Pourquoi de trop nombreux tiers-lieux ou écolieux ont-ils du mal à répondre à l’idéal démocratique du « pouvoir de tous, par tous et pour tous » ?

Les communautés de transformation sociale et sociétale (de transition, d’autonomisation, de relocalisation, de reprise en main des usages, de sobriété heureuse, de résilience, d’habitats partagés, etc.) ne pourront atteindre ces objectifs que si elles prennent davantage soin de leur « en-souveraineté », c’est-à-dire de leur capacité à soigner leurs souverainetés.

Nos souverainetés désignent les autorités et les motivations profondes que nous nous reconnaissons, et que nous faisons d’autant mieux prévaloir qu’elles sont directement issues de la réalité de nos expériences. Par elles, nous défendons nos savoirs, nos valeurs, nos visions du monde. Elles nous re-connectent à notre vérité et à notre puissance. Elles vont de pair avec nos relations confiantes, saines, fraternelles, intelligentes, démocratiques, y compris avec soi-même. Elles ne nous empêchent donc pas de faire vivre nos conflits d’idées, ni nos contradictions, bien au contraire : quand je suis dans une vraie relation de confiance avec les autres et avec moi-même, alors je peux exprimer mes désaccords sans craintes, sans risquer d’être écarté, rejeté, isolé, exclu de la communauté – et de ma propre conscience. C’est ainsi que nous devenons plus intelligents ensemble, et que se renforcent petit à petit nos souverainetés partagées, nos souverainetés collectives.

A l’inverse, quand les souverainetés sont affaiblies, c’est-à-dire quand les autorités et les vraies motivations ne sont plus assez reconnues, alors c’est l’insécurité relationnelle et affective qui s’installe et nos peurs inconscientes vont nous manipuler et nous plonger dans nos failles, dans nos parts de folie et de destructivité*. Et quand la perte de souveraineté est générale, alors la déraison peut devenir collective à la première grande frayeur venue, à l’échelle d’une communauté tout entière.

*Nos haines, nos violences et nos illusions, souvent subtiles et parfois tournées contre nous-mêmes. 

L’En-souveraineté, pour apprendre à (re)trouver sa puissance individuelle et collective

L’En-souveraineté est la capacité à soigner ses souverainetés individuelles et collectives : les instaurer, les renforcer, les entretenir ou les rétablir.

Rappelons qu’une communauté souveraine confère ses souverainetés à l’ensemble de ses membres, ce qui implique une véritable vie démocratique entre eux et avec leurs souverainetés respectives.

Une communauté en-souveraine est donc une communauté qui apprend à être plus souveraine en soignant ses souverainetés individuelles et collectives, c’est-à-dire en faisant en sorte que l’ensemble de ses membres puissent soigner leurs souverainetés personnelles, et aussi celles qu’ils partagent avec les autres, c’est-à-dire leurs souverainetés collectives, au travers de leurs rencontres sécurisées et de leurs saines confrontations.

Dans la communauté en-souveraine, chacun peut être libre d’être pleinement lui-même, de (faire) reconnaître et défendre, dans les projets, ses propres autorités qui prévalent du fait de ses expériences de vie réelles et singulières (ses souverainetés), ses propres besoins, ses valeurs, ses vraies motivations (ce qui lui est cher et précieux) quitte à pouvoir y exprimer en sécurité ses désaccords ou ses ressentiments dans ses nécessaires « conflits démocratiques ».

Pour Charles Rojzman, le père de la thérapie sociale, le conflit se différencie de la violence par « la façon dont je vois l’autre (et dont je me vois moi-même !) », non plus, pour ce qui est de la violence, comme un objet déshumanisé à contrôler, culpabiliser, détruire ou rejeter, mais, pour ce qui est du conflit, comme une personne que je suis à nouveau capable d’écouter, de considérer, de confronter, d’aimer, malgré (ou avec) nos tensions, nos peurs, nos différends, nos désaccords, nos antagonismes, nos incompréhensions, nos imperfections et faiblesses respectives.

La peur de la liberté…

Les Ateliers d’En-souveraineté que je propose sont à la fois un accompagnement et une formation (« Une nouvelle éducation populaire », pour reprendre les termes de Charles Rojzman) qui est en premier lieu un nouvel apprentissage à l’observance de ce qui se passe en soi, en l’autre, dans le groupe, dans l’environnement, et qui nous empêche d’être nous-mêmes dans la confiance, la sécurité et la reconnaissance de soi et de ses propres besoins, motivations et autorités : nos préjugés, sur nous-mêmes et sur les autres, nos illusions, nos peurs non reconnues qui nous manipulent et nous plongent dans nos failles en activant nos masques et nos monstres violents ou stérilisants, tous ces personnages qui ne sont pas nous-mêmes (contrairement à ce qu’on croit trop souvent) mais qui ont depuis longtemps été pour nous autant de stratégies salutaires pour pouvoir survivre à tout ce qu’on subissait.

 

 

En-souveraineté en écolieu (Tarn)

Dans un cadre de confiance, de liberté de parole et de sécurité, l’en-souveraineté nous invite tout d’abord à apprendre ensemble à mieux nous reconnaître nos peurs* avant qu’elles ne nous manipulent, et de reconnaître nos vrais besoins qui se cachent derrière ces peurs, ainsi qu’à faire, le cas échéant, l’archéologie de nos violences plus ou moins subtiles et de leurs utilités, et à chercher ensemble comment mieux pouvoir les transformer en capacités de conflits revitalisants (à l’intérieur de soi et avec les autres), réparateurs de liens, de fraternité et de souverainetés, sources de co-créations et de co-transformations.

Il s’agit ainsi d’un véritable travail de connaissance de soi en relation, non pas uniquement dans un objectif de développement personnel, mais aussi de développement collectif et de transformations à l’intérieur d’un cadre sécurisé (qui aura un bénéfice d’individuation pour chaque personne, par le frottement avec les autres). 

*Doutes, craintes, soupçons, préjugés, appréhensions, inquiétudes, méfiances réciproques, etc. (la palette est large !)

 

 

En-souveraineté en écolieu (Tarn)

En-souveraineté et thérapie sociale 

L’atelier d’En-souveraineté est pensé pour pouvoir y apprendre à développer ses capacités d’entretien et/ou de rétablissement de ses souverainetés individuelles et collectives – au sein du (ou des) groupe(s) d’habitants d’un tiers-lieux ou d’un écolieux par exemple – nécessaire aux coopérations et transformations qui en découleront, à l’intérieur d’un cadre circonscrit et suffisamment contenant et sécurisé pour pouvoir en assurer le bon fonctionnement : la cellule. C’est pourquoi l’En-souveraineté puise dans la Thérapie sociale et ses méthodes la maîtrise de la posture, du processus et des conditions nécessaires à l’instauration/restauration d’une confiance durable à l’intérieur de la-dite cellule. A l’image de la cellule du vivant, la Cellule En-souveraine sera créée de façon à pouvoir se prémunir de tout ce qui pourrait venir la détériorer, en répondant notamment au besoin d’y (faire) respecter les règles de base nécessaires à sa préservation : engagement de présence de ses convives sur un objectif et un temps bien déterminés, liberté de participation et de parole, confidentialité (conditions nécessaires pour pouvoir instaurer une vraie confiance).

Différents ateliers d’En-souveraineté pour des objectifs échelonnés

  • Atelier 1 (4 jours) : Découvrir ensemble comment renforcer les souverainetés individuelles et collectives d’un groupe ou d’une communauté
  • Atelier 2 (10 jours) : Définir ensemble comment restaurer les souverainetés individuelles et collectives d’un groupe ou d’une communauté
  • Atelier 3 (25 jours) : Connaître les savoirs élémentaires de l’accompagnement d’un groupe d’En-souveraineté.

A noter que les ateliers peuvent se compléter : par exemple, passer de l’atelier 1 à l’atelier 2 en ajoutant 6 jours, ou de l’atelier 2 à l’atelier 3 en ajoutant 15 jours.

 

Yves : 06 64 94 23 19 – ylusson@gmail.com

 

Atelier d’En-souveraineté (Ecolieu La Vallée aux rivières – Cher)