Les Cellules de voisinage

Cet Appel pour des Cellules de voisinage a été publié pour la première fois le 25 novembre 2023 dans Tribune Juive (cliquer sur l’image pour y accéder).

Pour aider les Français divisés, isolés, déroutés, à se reparler et à mieux se protéger ensemble des forces qui ébranlent la nation, je propose l’organisation de rencontres sécurisées dans vos immeubles, vos quartiers, vos villages : les Cellules de voisinage, ou Cellules voisinales.

 

Dans le sillage des séismes sociaux que sont les attentats islamistes à répétition, mais aussi les crises des Gilets jaunes, du covid, de la guerre en Ukraine, le conflit au Proche-Orient met une fois de plus notre société française durement à l’épreuve, au risque d’un grave éclatement et d’une guerre civile (qui pour certains a déjà commencé).

La montée des racismes et de l’antisémitisme est un signal clair : à tous les niveaux de la société, de la haine, des violences et des illusions, déclenchées par des peurs et des folies collectives qui se répandent comme une trainée de poudre, ont rarement été aussi alarmantes pour notre nation.

Dans une époque marquée par des processus à l’oeuvre de divisions, d’isolements, d’aliénations, d’impuissances, d’insécurités, de propagations de mensonges et de croyances en tous genres, certains d’entre nous en perdent la raison, allant parfois jusqu’à haïr des compatriotes qu’auparavant ils chérissaient, diaboliser leurs voisins qu’ils croisent désormais dans l’escalier ou au supermarché sans plus échanger un mot, ou s’abandonner eux-mêmes en épousant – ou en déniant l’existence – des idéologies conçues pour détruire l’intégrité de notre pays ainsi que notre humanité.

Repartir du peuple

Submergés par une surinformation qui est celle d’une « opacité grandissante des évènements »*, nos politiques, nos journalistes, nos éducateurs et autres responsables au pouvoir n’ont plus l’esprit assez fort ni la main assez ferme pour pouvoir rattraper à eux seuls ce grand navire en perdition qu’est devenue la société française, laissant la place à toutes les dérives totalitaires.

C’est pourquoi je pense que c’est nécessairement par le peuple (demos) que nous pourrons éviter le naufrage et redonner sa bonne direction à la France. Mais un peuple qui aura pleinement recouvré sa souveraineté, sa puissance, son intelligence, son sens des réalités, sa capacité à se rencontrer et à se reparler en vérité, c’est-à-dire dans un cadre de confiance. Et la confiance est là quand les peurs sont calmées, rappelle Charles Rojzman, le fondateur de la Thérapie sociale et auteur de nombreux ouvrages dont Vers les guerres civiles, Prévenir la haine**.

Les Cellules de voisinage

La principale idée des Cellules de voisinage, c’est donc de pouvoir oeuvrer à recréer de la confiance en soi et autour de chez soi, c’est-à-dire à partir du peuple qui fait (ou devrait faire) corps au quotidien, et dont rien ni personne ne devrait empêcher les possibilités de rencontres authentiques et fécondes, celles qui nécessitent de pouvoir se regarder les yeux dans les yeux dans une unité de temps et de lieu, prendre soin de s’écouter mutuellement et de se (re)connaître dans un minimum requis de sécurité et de confidentialité, être assurés de se recroiser un jour prochain, et petit à petit restaurer ensemble ses souverainetés individuelles et collectives*** dans sa sphère de vie partagée avec ses voisins : son immeuble, son quartier, son village.

Le parti des Cellules de voisinage, c’est celui du chemin de traverse des préjugés, d’une vraie confiance à restaurer par un nécessaire travail collectif d’expression et de transformation des peurs et des ressentiments, entre les différents milieux sociaux et culturels en présence, mais dans les limites rassurantes de son périmètre de voisinage et de rencontres sécurisées, les cellules, spécialement encadrées par des animateurs spécifiquement formés à l’accompagnement du processus de réparation relationnelle ; des cellules à la durée de vie déterminée, avec pour objectif certes ambitieux mais réaliste de pouvoir favoriser la multiplication des partages au quotidien et des solidarités durables de voisinage, à commencer par mieux pouvoir se protéger ensemble des phénomènes socialement destructeurs, comme les ruptures de liens, les appauvrissements matériels et moraux, les replis communautaires, les fanatismes, les addictions, etc.

Reconstruisons notre fraternité tous ensemble

Ainsi je m’adresse directement à vous, chers lecteurs de cet appel, qui cherchez peut-être à agir par vous-mêmes dans votre quotidien. Les Cellules de voisinage que je propose, c’est l’assurance d’une véritable liberté d’être vous-mêmes et de vous exprimer en sécurité, en conscience et en vérité, d’une véritable égalité par la présence de tous et de chacun, d’une véritable fraternité née de rencontres et de dialogues sincères – et parfois conflictuels quand c’est nécessaire – jusqu’alors improbables voire impossibles ; une fraternité à reconstruire et à protéger cellule après cellule, pour pouvoir ainsi oeuvrer tous ensemble à guérir petit à petit notre société et ses valeurs.

Le pari ultime, c’est qu’un jour pas une seule parcelle du pays ne puisse pas être recouverte de ces cellules, auxquelles tous les Français seront en droit et en devoir de participer, faisant ainsi advenir tous ensemble un corps social beaucoup plus organique et beaucoup mieux protégé des forces médiatiques, politiques, économiques et idéologiques qui aujourd’hui divisent et ébranlent notre si belle nation et ses habitants.

Yves Lusson,

un Français profondément attaché de son pays et formé et supervisé à l’intervention en Thérapie sociale TST depuis plus d’une décennie

*Pierre Lurçat, Face à l’opacité du monde, Ed. B.O.D., 2023.

**Vers les guerres civiles, Prévenir la haine, Charles Rojzman, Ed. Lemieux, 2017.

***La Société En-souveraine, Yves Lusson, sur Fairensemble.com.

Intéressé(e-s) par l’organisation d’une Cellule de voisinage dans votre immeuble, votre quartier ou votre village : ylusson@gmail.com

Profitez-en : les toutes premières Cellules de voisinage seront animées gracieusement, avant de faire l’objet de financements participatifs – pour lesquels les-dites premières Cellules seront des gages de réussite – puis d’un financement par l’Etat et les collectivités pour leur démultiplication et la formation des animateurs partout dans le pays.

Les Cellules de voisinage en pratique

  • – Des groupes auto-constitués de 7 à 15 voisins, dans un périmètre limité de voisinage
  • – Des groupes de rencontres et de coopération à durée de vie déterminée, mais extensible au besoin
  • – Réunis pour pouvoir atteindre ensemble des objectifs allant de « Mieux se connaître » à « Mieux protéger ensemble nos valeurs communes », en passant par « Restaurer la convivialité dans l’immeuble, le quartier ou le village », ou « Mieux être solidaires les uns des autres, et/ou mieux se défendre ensemble des forces qui menacent ou attaquent notre humanité »
  • – Des groupes intégrateurs : plus les différences sociales, culturelles, générationnelles, professionnelles, etc. y seront représentées, mieux ce sera pour pouvoir contribuer à « refaire peuple » dans toute sa réalité, dans la diversité de ses besoins et toute son intégrité
  • – Des rencontres encadrées par des animateurs de Cellules de voisinage spécifiquement formés à l’accompagnement des transformations des tensions et des blocages émotionnels et relationnels en capacités de parole vraie, démocratique, fraternisatrice, enconviviale et coopératrice.
  • – Des règles simples (1) de présence obligatoire tout au long de la durée de vie de la cellule, (2) de liberté de participation et de parole, (3) de confidentialité.

Les Cellules de voisinage, une fois initiées, pourront se destiner à se démultiplier et à donner naissance à des groupements de cellules en lien les unes avec les autres.

Les participants aux Cellules pourront devenir eux-mêmes animateurs de Cellules à l’issue d’une formation dispensée par une future « association française des cellules voisinales ».