Accueil

Comment ranimer notre convivialité en ces temps difficiles ?

La crise sanitaire nous rappelle que nous sommes avant tout des êtres sociaux, tout autant capables de relations fécondes que d’éloignements mortifères.

Jusque dans ma vie personnelle j’ai pu éprouver combien, en ces temps de crises, notre convivialité* pouvait être altérée par nos déracinements, nos violences, nos haines, nos séparations, nos illusions, nos soumissions, nos égoïsmes... – jusque dans les organisations, les villages, les quartiers, les couples, les familles, la nation, nous empêchant de nous épanouir, d’être véritablement en lien avec les autres, avec la réalité et surtout avec nous-mêmes, et d’accomplir librement et ensemble nos nécessaires actions pour notre bien et celui de la société.

Mon engagement dans le métier exigeant d’intervenant en thérapie sociale, ainsi que ma vision d’un nouveau modèle de société structuré plus organiquement en « espaces réconviviaux »** » – pour autant de lieux sécurisés de vraies rencontres propres à libérer la coopération en intelligence collective -, répondent à ma motivation profonde de contribuer à ranimer la convivialité en ces temps difficiles.

*Convivialité : rapports positifs entre personnes, dans la société (Le Robert)

**Réconvivial : en capacité de rétablir et d’entretenir la convivialité (mot inventé par mes soins)

 

Mon métier d’intervenant en thérapie sociale

Après un parcours de vingt ans de journalisme scientifique et social, je me suis formé au métier d’intervenant en Thérapie Sociale TST® de 2012 à 2015 au sein de l’Institut Charles Rojzman (ICR). J’ai été supervisé par le même institut de 2016 à 2021.

Mon métier est de contribuer à rétablir la coopération dans des groupes et des systèmes traversés par des tensions, peurs et séparations empêchant des relations saines et constructives et la résolution de problèmes complexes.

Actuellement, mes principaux domaines d’intervention sont l’analyse de pratiques professionnelles dans un objectif d’améliorer l’entraide et la coopération, auprès de travailleurs sociaux et de soignants, la formation à la communication réconviviale à l’université, la thérapie individuelle, de couple ou familiale, ainsi que l’accompagnement ou l’animation d’espaces réconviviaux : tiers-lieux, écolieux ou autres espaces de rencontres et de confrontations libres et démocratiques entre habitants de tous milieux sociaux et culturels pour pouvoir reconstruire tous ensemble une société plus digne et plus humaine à l’échelle locale.

 

Avec des compétences spécifiques

En tant qu’intervenant en thérapie sociale, ma principale compétence est de pouvoir accompagner les groupes (ou « cellules sociales ») dans le processus de rétablissement de la coopération, en 7 étapes :

Inspirer confiance, être au service de tous et de chacun

Harmoniser les motivations

Calmer les peurs dans le groupe

Libérer la parole pour pouvoir faire vivre les nécessaires conflits constructifs

Créer des dispositifs de partage d’informations circulantes

Construire l’intelligence collective intégrant la complexité

Résoudre ensemble les problèmes complexes et trouver des solutions

Me contacter

 

 

« Il ne s’agit plus de décider pour les autres. Plus que jamais, l’avenir est imprévisible et il est à construire par tous ». Charles Rojzman (à ma droite sur la photo), inventeur de la thérapie sociale, dans Sortir de la violence par le conflit (Ed. La Découverte, 2008).

 

Pour une société plus organique et conviviale qui a besoin de tous