Chroniques pour faire société ensemble

Alexandra Henrion-Caude, la réalité et la liberté

L’article qui suit, publié le jeudi 25 février dans le media Tribune juive a suscité de telles réactions dès les premières minutes de sa parution que la rédaction-en-chef l’a retiré, le temps de « vérifier certaines choses ». Par souci du débat démocratique, et en attendant, j’ai décidé de le publier ici sur mon blog. Je n’ai pas de certitude absolue sur les affirmations scientifiques d’Alexandra Henrion-Caude (en italique), de même que je ne peux pas dire si ce qu’elle affirme est manipulé ou non par ses soit-disant « croyances ». De la même façon, je ne sais pas si oui ou non les réactions violentes que suscitent ses prises de position depuis plusieurs mois sont le fruit d’une peur collective, plus ou moins consciente, mais finalement compréhensibles. J’ai fait le choix d’entendre sa parole que personnellement je trouve sensée, et de relayer ce qu’elle a à nous dire, bien aidé par mes vingt années de journalisme scientifique (entre 1990 et 2010). Mon combat est plus que jamais celui de la liberté et de la réalité (bien vu Charles ;)). Et d’un véritable débat démocratique. A vous de vous faire une opinion.

« « Aujourd’hui plus que jamais, le peuple a perdu le sentiment de sa valeur car il a l’impression que le monde de la science et de la technique ne peut être appréhendé que par des experts. Où est la démocratie si le peuple n’a pas le sentiment qu’il peut lui-même participer à la réflexion sur les choix et les décisions qui touchent à l’essentiels de sa vie quotidienne ? ». Charles Rojzman, Huffington Post, 2017

 

Voici l’article :

Vaccination en Israël : la généticienne Alexandra Henrion-Caude nous confie ses inquiétudes

Il faut à tout prix entendre le cri d’alarme d’Alexandra Henrion-Caude. Au cours de notre longue conversation téléphonique, elle a tenté de m’expliquer ce qui l’inquiète tant dans la campagne de vaccination accélérée en Israël, et en quoi cela pourrait concerner l’ensemble du peuple israélien et ses futures générations.

Par Yves Lusson, journaliste scientifique et intervenant en Thérapie sociale TST

Alexandra Henrion-Caude est une chercheuse française spécialisée en génétique. Elle a été directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) – dont elle retraitée depuis 2019 – et a notamment dirigé la plateforme technologique GenAtlas à l’Institut des maladies génétiques Imagine à l’hôpital Necker. Contrairement à certains apprentis sorciers de la génétique, elle garde la tête froide, les pieds sur terre et le cœur au chaud : pétrie de bioéthique, elle place l’intérêt pour l’humain et son devenir au-dessus de tout, ayant contribué au lancement du Manifeste du juste soin au juste coût en 2015, nommée membre du Conseil scientifique de l’Espace Ethique Ile-de-France en 2018, et ayant infléchi ses travaux vers l’étude des « ponts entre connaissances ancestrales et médecine de pointe » en Afrique.

Personnellement, je la suis dans les médias et sur les réseaux sociaux depuis le début de la crise sanitaire. Mes vingt années de journalisme scientifique (90-2010), notamment dans le domaine de la santé, et mes huit années de Thérapie sociale TST, m’ont aidé à aiguiser mes capacités à reconnaître les scientifiques les plus sérieux en prise avec les réalités.

« Je vis très mal ce qui se passe en Israël et j’aimerais en parler avec vous » m’écrit-elle à mon étonnement il y a quelques jours dans un message privé de LinkedIn, après qu’elle ait su que je publiais des articles dans Tribune Juive. Au téléphone, elle me confirme qu’elle étudie de près, et ce depuis le début de son développement, le désormais célèbre « vaccin » à ARN messager de Pfizer/BioNTech, qu’elle dénomme avec plus de précision « l’injection d’un ARN messager synthétique de virus ». A contre-courant, elle souhaite alerter l’opinion publique sur l’inconscience qu’il y aurait, selon elle, à l’utiliser à grande échelle avant même de s’être assuré de sa sécurité.

C’est ce qui se passe actuellement en Israël – dont les autorités ont choisi d’injecter le vaccin au plus vite à toute la population – qui l’empêche de dormir la nuit. Si Israël a pu mener cette campagne de vaccination aussi rapidement – à la mi-février, selon les données officielles, 96% des personnes âgées entre 70 et 80 ans avaient reçu au moins une dose de vaccin, pour 44% chez les 20-29 ans – c’est parce que le gouvernement a passé un contrat avec le fournisseur Pfizer/BioNTech pour partager les données biomédicales de la population, contre une livraison rapide et massive des doses, faisant de ce petit pays le plus grand « laboratoire du monde ». C’est précisément ce qui hante Alexandra : « Un protocole biomédical de recherche, décidé unilatéralement, est en cours chez le peuple juif, sans qu’il ait eu le choix d’y participer ou non ! Certains collègues scientifiques israéliens, qui partagent mes inquiétudes, m’ont confié pleurer quand ils voient la queue devant les centres de vaccination, car ils ne peuvent s’empêcher de penser à d’autres queues, dramatiquement historiques… », ose-t-elle me confier.

En lien avec des lanceurs d’alerte israéliens (1), elle s’intéresse à l’analyse des rares données que les autorités de santé israéliennes veulent bien laisser filtrer. Ces chercheurs, reconvertis en « enquêteurs », questionnent notamment certains chiffres a priori anodins, mais néanmoins très préoccupants, comme les 11% de vaccinés qui sont devenus « covid positifs » dans les deux premières semaines suivant la vaccination, ou encore le nombre inhabituel de décès qui a suivi le début de la campagne de vaccination.

Mais ce qui inquiète le plus la généticienne française a trait à un domaine qu’elle connaît bien : les risques génétiques (au niveau de l’ADN) et épigénétiques (en relation avec l’environnement), relatifs à l’injection d’un ARN. « Contrairement au vaccin contre la rougeole par exemple, le vaccin Pfizer, dans un premier temps, ne serait pas reconnu par notre organisme comme un corps étranger, explique-t-elle. Il est donc traité comme une information génétique propre qui détourne transitoirement l’activité de la cellule humaine. C’est ce principe que le laboratoire Moderna, basé sur la même technologie, qualifie d’ailleurs de « software of life ». Ainsi, avant d’être l’antigène contre lequel notre corps va fabriquer les anticorps, la protéine spike du virus, produite à partir de l’ARN messager injecté, va pouvoir se lier à ses récepteurs en sa qualité de « ligand ». Or, ses récepteurs sont particulièrement abondants dans les testicules et le placenta. J’aurais donc souhaité que nous ayons clarifié le mécanisme moléculaire des formes de stérilité induites par la Covid-19, avant que de procéder à la moindre injection chez des jeunes en âge de procréer, ou des femmes enceintes ».

En outre, ses inquiétudes concernent les interactions épigénétiques de l’ARN messager dans les cellules humaines sans qu’on puisse le moins du monde les anticiper, mais dont on sait que les conséquences peuvent être intergénérationnelles (d’une génération à l’autre) ou transgénérationnelles (sur plusieurs générations, parfois lointaines). Sur le plan génétique, une question demeure ouverte et non discutée. Elle est étoffée par des travaux récemment publiés par le père de la découverte que des fragments génétiques de virus étaient capables de s’intégrer dans le génome des mammifères, l’Allemand Rudolf Jaenisch. Ils indiquent la faisabilité technique, in vitro, que le génome ARN du virus SARS-CoV-2 soit bien « reverse transcrit » en ADN, et capable de s’insérer dans le noyau de cellules humaines. Voilà comment ces injections pourraient à bas bruit modifier le génome humain de certains d’entre nous, et donc des générations futures, « sans pouvoir en maîtriser les conséquences à moyen et long terme, car évidemment on n’a ni le recul nécessaire, ni mis en place les moyens de suivre ces éventuelles modifications » ajoute-t-elle.

Il faut stopper toute obligation de participer à cet essai clinique à taille d’une population, supplie la scientifique : « Une nation ne peut être impliquée sans que le moindre débat ait eu lieu, et sans laisser libre ses ressortissants ! »

Si Alexandra Henrion-Caude a tenu à lancer son message d’alerte dans Tribune Juive, c’est, dit-elle, « pour pouvoir parler avec des gens qui ne partagent pas forcément ma compréhension de la littérature scientifique, mais avec lesquels nous pourrions avoir un débat scientifique tout autant nécessaire pour la sécurité sanitaire de la population que pour la démocratie. Le peuple israélien n’a pas été consulté par son gouvernement sur cette grande expérimentation sur lui-même. Non seulement il a le droit de connaître les contours, les limites et les risques d’un tel essai, mais il doit pouvoir être souverain concernant les décisions qui touchent à sa santé ».

Par un triste retournement sémantique, elle et d’autres scientifiques qui en appellent à la plus grande prudence sont qualifiés de « complotistes » dans les médias les plus dépendants des Etats. Un complot qui viserait à envisager les risques, les discuter et les peser dans la traditionnelle balance bénéfice-risque ? Voilà bien un long combat pour la liberté et la réalité qui ne fait que commencer.

(1) https://www.francesoir.fr/videos-debriefings/vaccination-en-israel-des-chiffres-de-mortalite-qui-interpellent-video

Envoyer cet article par email Imprimer cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *