Chroniques pour faire société ensemble

Aux cercles, citoyens !

Face à ce qui s’apparente à un « vaccinisme d’Etat » autoritaire, risqué et reposant en grande partie sur des illusions, il est urgent de créer des CERCLES POPULAIRES afin de pouvoir combattre tous ensemble pour la liberté et la réalité.

Un appel de Yves Lusson, journaliste scientifique et social et intervenant en Thérapie sociale TST

« Sans attendre l’allocution de ce soir (…) je nous pense entrés dans une nouvelle ère que je qualifie de VACCINISME », a déclaré le 12 juillet 2021 dans un tweet la généticienne Alexandra Henrion-Caude, suivie par 47 000 « followers ».

Le soir même, quelques minutes après la-dite allocution du Président Macron, je ne peux m’empêcher de partager mon sentiment de sidération avec mon amie Alexandra HC (1). Nous convenons que nous ne croyons pas vraiment en une reprise en main des citoyens qui aurait lieu sur les réseaux sociaux, aussi utiles soient ces derniers pour s’informer.

Face à une situation qu’il faut bien qualifier de dérive irrationnelle et autoritaire du pouvoir, il apparaît nécessaire de recourir à l’intelligence du peuple de France rassemblé, ici et maintenant, dans la vraie vie.

Car n’est-ce pas une dérive irrationnelle et autoritaire que de décréter la VACCINATION TOTALE, DE TOUS ET PARTOUT comme seule issue possible à la crise du Covid ? Inutile de rappeler ici – et pour la énième fois – l’illusion que représente cette « baguette magique » qui arrêterait net et définitivement la circulation de ce virus respiratoire – contagieux et mutant au même titre que la grippe – dans la population, au mépris total des réalités scientifique et médicale, et de la nécessaire prudence face à des produits expérimentaux issus de la recherche génétique. Illusion dénoncée avec force depuis des mois par les meilleurs spécialistes qui font autorité dans leur domaine respectif : les professeurs en médecine Christian Perronne et Didier Raoult, les docteurs en génétique Alexandra Henrion-Caude et Christian Vélot, etc.

« Si la vaccination devient obligatoire pour tout le monde, ce sera la révolution » avait prédit le professeur marseillais. Qu’à cela ne tienne, si les soignants sont les premiers ciblés par l’Elysée et Matignon, c’est toute la population sans exception qui est visée, puisque le Président Macron a été on ne peut plus clair le 12 juillet au soir : les non-vaccinés perdront peu à peu leurs droits et leurs libertés, et se verront exclure de la vie sociale (« seuls les non-vaccinés subiront les restrictions »).

La machine à soumettre par la force et diviser les Français est lancée, en attaquant en priorité l’immense masse des « réfractaires » qui ont pourtant – le Président ferait-il semblant de l’oublier ? – pris le temps de bâtir librement, solidement et en leur âme et conscience leurs convictions scientifiques, médicales et éthiques depuis plus d’un an sur la toile.

Mais les réseaux sociaux, qui nous servent souvent à nous « réinformer », ne sont pas vraiment faits pour nous permettre d’agir tous ensemble dans le réel. Il nous faut pouvoir aller par-delà nos écrans qui nous séparent, nous isolent et nous plongent dans une virtualité stérile. Il nous faut pouvoir recréer nos nécessaires espaces de « conflits démocratiques » qui nous permettront de retrouver notre puissance citoyenne, celle du peuple français à nouveau rassemblé, physiquement, organiquement, capable de se parler des « sujets qui fâchent » à partir de la réalité vécue par chacun,en confrontant les vraies expériences et les vraies autorités, les yeux dans les yeux.

C’est pourquoi je pense que la seule solution est de pouvoir nous rassembler dans ce qu’il convient d’appeler des CERCLES POPULAIRES.

Ces cercles seront populaires parce qu’ils réuniront des gens qui avaient perdu l’occasion de se rencontrer et de se parler physiquement, par-delà leurs différences sociales et culturelles.

Ces cercles seront populaires parce qu’ils représenteront, chacun à leur échelle, le peuple enfin rassemblé en chair et en os dans une sorte de nouvelle brique élémentaire d’une vie – réellement – démocratique (2).

 

A nous les Français libres !

Aussi je souhaite que, tous les Français, nous puissions nous retrouver physiquement et autant que possible partout dans les villes et les villages, pour : 

  • Redéfinir ensemble – pour nous rassembler autour de – nos valeurs communes qui puissent s’incarner partout, dans nos familles, nos quartiers, nos villages, nos territoires, nos institutions.
  • Défendre notre vie démocratique, attaquée par des idéologies et des folies qui nous divisent et qui nous montent les uns contre les autres.
  • Pouvoir vivre BIEN ensemble, non pas en gommant nos conflits, mais au contraire en créant les conditions de dialogues constructifs et réparateurs – même parfois vifs -, dans lesquels nos résistances auront toute leur place face à ce qui nous est inacceptable.
  • Pouvoir reconstruire une véritable fraternité entre nous.
Aux cercles, citoyens !

Les cercles nous permettront de nous reparler, de nous faire entendre, de retrouver de la confiance, de la motivation, du pouvoir d’agir et d’élaborer ensemble ce qui nous rassemble, en nous nourrissant de nos diversités sociales, d’éducation, d’âge, de situations, de cultures. Il faudra pouvoir former partout de tels cercles (idéalement composés de 6 à 15 personnes), dans lesquels chacun pourra bénéficier d’un vrai temps d’expression. Il faudra pouvoir démultiplier ces cercles en fonction du nombre grandissant de participants. L’important sera de pouvoir créer ensemble des espaces de rencontres spécifiques et sécurisés, où les paroles de chacun pourront être exprimées librement, entendues et circuler en confidentialité.

Il faudra que chacun puisse avoir du temps pour se présenter, parler de lui, des sentiments qui l’animent au plus profond de son âme en ces temps difficiles : doute, crainte, soupçon, motif d’impuissance, colère… Chaque cercle permettra à tous et à chacun de libérer sa propre envie d’avancer avec les autres, dans un combat commun pour la LIBERTE : liberté d’être soi-même, de s’exprimer, de critiquer, de douter, d’être en désaccord, en conflit, de confronter les regards et les expériences pour pouvoir mieux voir LA REALITE tous ensemble, et agir tous ensemble.

Chaque CERCLE POPULAIRE ainsi créé sera un bien précieux. Il sera encore fragile, mais les participants pourront continuer à le faire vivre dans le temps, lui préciser un objectif, le protéger des censeurs et des récupérateurs politiciens, l’articuler avec d’autres cercles…

Les participants pourront arrêter la constitution du cercle en dressant la liste de ses membres, lui trouver un nom, échanger les mails et les numéros de téléphone pour pouvoir reprendre rendez-vous ensemble, s’assurer de l’engagement de tous…

Ainsi ce n’est pas la Bastille qui sera libérée, mais nos prisons émotionnelles, relationnelles et virtuelles qui aujourd’hui nous isolent et nous séparent, et le pouvoir de recouvrer tous ensemble et démocratiquement l’intelligence, la puissance et la créativité du peuple de France.

  1. Voir l’article publié dans Tribune juive : Vaccination : la généticienne Alexandra Henrion-Caude nous confie ses inquiétudes.
  1. Cf. les nombreux écrits de Charles Rojzman, inventeur de la Thérapie sociale.

 

Flyer des premiers cercles populaires créés le 27 mars 2021 dans le cadre du mouvement Paris pour la liberté, en présence de la généticienne Alexandra Henrion-Caude et du poète Francis Lalanne :

 

Envoyer cet article par email Imprimer cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *